Une vitesse différente…

Classé dans : Bolivia | 1

Changement de point de vue ou de moyen de déplacement…

Nous arrivons finalement en Bolivie, après quatre jours de stop-camion dans le nord Chilien. Cette petite épopée diurne et nocturne nous a laissé dans les meilleures conditions pour s’adapter à l’altitude : gros manque de sommeil, déshydratation, fatigue… pour couronner le tout, une petite halte (surprise) du bus Iquique-La Paz de 5 ou 6 heures au poste frontière de Chungará-Tambo Quemado à 4700m d’altitude en attendant que la frontière ouvre vers 8h du matin. Et figurez vous que ce lapse de temps correspond exactement au temps que le corps peut mettre à révéler les somptueux symptômes du mal d’altitude. Au top de notre forme, cette attente interminable a donc fini de nous achever sur notre trajet Santiago – La Paz!

Nous voila finalement arrivés à La Paz et confortablement installés chez notre amie Isa où l’on s’acclimate avant de réceptionner les parents Blein.

 

La Paz.
La Paz et son fidèle Illimani.
Valle de las Animas.
Vallée de Las Animas.
As mil variedades de batata da Bolívia.
Les milles variétés de patates de Bolivie.
Dia de feira em el Alto...
Jour de marché à El Alto…
...visto de uma das várias linhas de teleférico de La Paz.
…vu depuis l’une des lignes de téléphérique.
O estilo "Cholet", em voga entre os novos-ricos bolivianos.
Le style « Cholet », en vogue chez les nouveaux riches boliviens.

 

Nous débutons ce second volet (ou volet français) du « temps de famille » par une acclimatation en douceur consistant en une visite des abords du Lac Titicaca, entre Copacabana, Yampupata et la fameuse Isla del Sol. Les promenades font guise d’acclimatation et les montées de calvaires prennent alors tous leur sens, principalement pour nos deux hôtes fraîchement arrivés sur l’Altiplano, à une altitude moyenne de 4000m. Les vestiges Inca et mythologies associées, l’impact colonial et l’influence des traditions locales sur l’Église, ainsi que le célèbre « plus haut lac navigable du monde » sur fond de Cordillera Real couverte de somptueux glaciers nous assure une introduction intéressante  de la Bolivie.

 

Atravessando o lago Titicaca, a caminho de Copacabana.
En traversant le détroit reliant le lac Titicaca et le lac, en chemin vers Copacabana.
O baptismo dos carros pelo padre de Copacabana.
Le traditionnel baptême visant a bénir les véhicules, par l’église de Copacabana.
A igreja de Copacabana.
Basilique Virgen de Copacabana.
Os meninos e as cruzes.
Des enfants et des croix.
Escalera del Inca - Isla del Sol, lago Titicaca.
Escalier de l’Inca – Isla del Sol, lago Titicaca.
A utilidade infinita das saias das cholitas.
Le potentiel des jupes des Cholitas.
Isla del Sol et le Lago Titicaca
Isla del Sol et le Lago Titicaca.

image

image

image
Les lupins de l’ile.
image
Yumani – Isla del Sol.
image
Cordillera Real depuis la Isla del Sol.
image
Yumani – Isla del Sol

 

Connaissant une partie du sud Lipez et ayant une expérience conséquente en traversée de désert chez les Blein, nous partons ensuite en direction du sud-ouest en tout terrain de location (et non en tour opérateur pour plus de liberté) pour une belle et grande boucle depuis La Paz, en passant par Sajama, Coipasa, San Juan de Rosario jusqu’au volcan Licancabour tout au sud du Sud-Lipez puis en remontant par Uyuni et Oruro. Le véhicule de location « spécialement préparé pour notre programme » nous a quand même réservé bien des surprises, mais il paraît que ca fait partie du voyage… La première partie de notre boucle autour du volcan Sajama (la tête du Murupata que l’Illimani avait tranché un jour particulierement violent) et du village du même nom nous transporte rapidement dans l’ambiance unique de l’Altiplano, avec ses steppes arides, ses volcans couvert de neige ou de glacier, ses nuances de couleurs du jaune aux ocres en passant par des contrastes de verts dans le lit de la moindre rivières, ses formations géologiques surprenantes, ses eaux thermales agréables et naturellement avec sa gamme de sympatiques camelidés d’Amérique (lamas, alpagas et vigognes).

 

A caminho do Sajama...
En chemin vers le Sajama…
Vizcachas trepadoras!
Vizcachas crapahuteuses (sorte de croisement entre un lapin et un kangourou)!

image

Igreja de Tomarapi, a caminho de Sajama.
Eglise de Tomarapi.

Parque Nacional Sajama

image
En marche vers les thermes, sous le regard des volcans jumeaux Parinacota et Pomerape.
image
En marche vers les thermes, sous le regard du Sajama.
image
Nos thermes préférés jusqu’à présent.

image

Paisagens geotérmicas.
Paysages géothermiques.

 

 

Le tronçon suivant, entre Sajama et le Salar d’Uyuni est assurément le plus sauvage. Les rares hameaux traversés n’habitent plus qu’un ou deux habitants et les principales personnes rencontrées en chemin étaient simplement des contrebandiers, omniprésents sur ce réseau de pistes sableuses longeant la frontières avec le Chili. La première rencontre fut tout de même surprenante. Nous allions croiser un groupe de véhicules blancs banalisés lorsque celui-ci fît précipitamment demi-tour pour disparaître à l’horizon lorsque finalement un des véhicules se décide à revenir vers nous, dans sa direction initiale. Au moment de le croiser il nous fit vivement signe de nous arrêter, nous dévisage d’un regard écarquillé, reflétant un être sous adrénaline  (ou peut être autre chose…) et se détend rapidement en constatant que nous étions de simples étrangers voyageants dans le coin et que non, nous n’avions pas croisé un seul poste de contrôle de police. Le chauffeur du véhicule non immatriculé poursuit finalement son chemin, suivit finalement par tous les autres qui finissent par s’approcher. Après réflexion, je ne sais pas qui, d’entre eux ou nous, qui visiblement avions un véhicule trop similaire à ceux des douaniers garde-frontiere (4×4 au gros moteur, de couleur noir et aux vitres teintées), étaient les plus inquiets! C’est l’unique habitante du petit hameau suivant qui nous a indiqué que ces « chuteros » font partie intégrante du paysage dans le coin qui lui offrent, de temps à autres, une petite partie des cargaisons variées. Simple charité ou achat de silence… nous n’en saurons pas plus. Nous poursuivons sur les pistes alternant sable et steppes salées, entourées de troupeaux de lamas ou d’alpagas et sur fond de volcans  eneigés. Quelques traversées de rivières nous font presque faire demi-tour, mais nous parvenons à choisir des lignes de meilleurs aspects après avoir analysé, à pied, profondeurs et nature des fonds. À chaque obstacle que nous prenons au sérieux à bord de notre 4×4 moderne, nous repensons aux chuteros, empruntant la même piste avec des véhicules standards citadins… leurs efforts et prises de risques semblent en valoir la peine!

 

En chemin vers Coipasa

image

image

Vedações coloridas.
Clotures colorées.
image
Eglise de Iruni.

image

image
Le déjeuner après une belle traversée de rivière.
Primeira parte da travessia do salar de Coipasa.
Première partie de la traversée du Salar de Coipasa.

 

 

Avançant sur notre circuit, nous développons peu à peu une relation avec les chuteros. C’est à Coipasa, lorsque nous nous retrouvons devant le salar en eau, impliquant une traversée d’une quarantaine de kilomètres sur une croûte de sel plus ou moins ferme et recouverte de 40cm d’eau (qui rend impossible l’analyse visuel du sol), que nous décidons carrément de faire appel à leur parfaite connaissance des lieux pour nous aider à traverser ce miroir géant et ainsi de nous éviter un détour d’au moins une journée. Leur première proposition de les suivre pour nous indiquer le chemin (invisible) fût initialement purement altruiste, mais il finit par se rappeler de nous envoyer son petit frère dans notre voiture, qui nous indiquera le chemin et nous pourrons ainsi passer devant. Il est évident que la persepective de passer devant, sur un chemin invisible et guidés par le petit frère du chutero, nous laissait perplexe, voir carrément rétissants! Nous finissons par les convaincres de les suivres, nous derrière, au moins jusqu’à la zone sèche à la moitier du salar. Nous entamons lentement notre traversée en roulant comme « sur des oeufs » et en désirant mentalement avoir un véhicule amphibie. Silence absolu dans la voiture et concentration maximale pour sentir la dureté aléatoire du fond…Afin d’ajouter un peu d’émotion, nos accompagnants montrent un certain étonnement par rapport à la quantité d’eau, absente la veille. Le vent avait probablement déplacé une couche d’eau conséquente sur cette surface presque parfaitement plate. Ayant pris un peu de confiance en la nature du sol ainsi qu’en notre nouveau passager, nous poursuivons notre traversée en ouvrant le chemin. Nous nous retrouvons rapidement de nouveau dans une couche d’eau qui rend indifférenciable le sol du ciel, la ligne d’horizon ayant disparu quelque part sur ce miroir… L’orientation douteuse mais parfaitement millimétrique de notre jeune guide qui visait quelques montagnes de l’horizon, nous amena finalement de manière chirurgicale sur la sortie du salar. Un dernier coup de stress sur les 100 derniers mètres qui voulaient nous ventouser sur place avant de retrouver la terre ferme et nous comprenons que nous leur avons servi d’éclaireur pour prévenir d’éventuels voitures en chemin; eux ont rendu possible notre traversée. Un échange de service sans aucun doute équilibré!

 

 

image
Le Sajama qui devient mirage au loin derrière nous, et le Salar à perte de vue.
O super piloto do nosso 4x4.
Le super pilote de notre 4×4.
image
Nos guides-chuteros.
Água salgada transparente.
Le sillage de… notre voiture sur l’eau salée transparente.
Água e céu.
Eau et ciel.
Uf! Terra firme.
Ouf! La terre ferme.

 

 

Après le salar de Coipasa, après les momies Aymara abritées dans des coraux fossilisés, des champs de quinoa rouges-bordeaux à perte de vue nous atteignons enfin le célèbrissime salar d’Uyuni, beaucoup plus sec que son petit frère du nord et parsemé de petites îles infestées de cactus géants dignes des dessins animés. Le changement d’ambiance est radical. Les chuteros sont remplacés par des hordes de touristes entassés dans la centaine de Toyota garées autour de l’ile Incahuasi. Malgré cela, le paysage est féerique et nous aurons quand même la chance d’avoir la liberté de se désynchroniser des tour-opérateurs. Nous nous offrons un splendide couché de soleil avant de poursuive notre chemin vers le sud.

 

Le Salar d’Uyuni

image
Du sel a perte de vue.
Modo burguês ON.
Bibi le bof – ou – le cycliste vendue
Ilha Incahuasi, no salar do Uyuni.
Ile Incahuasi, au milieu du salar d’Uyuni.

image

image
La fierté bolivienne.
O chapéu e o pôr-de-sol no salar.
Lonesome cowboy bien accompagné au couché de soleil sur le salar.

 

 

Nous entrons finalement dans le Sud Lipez, oú l’érosion aquatique et éolienne, les mouvements tectoniques et la sécheresse ont sculpté un paysage martien digne de Dali. Le soleil brûle, le vent coupe, l’altitude essouffle, les volcans sont ces sommets enneigés au loin, les déserts semblent peints avec une pallette infinie d’ocres et les lagunes défient la réalité attendue du bleu, en brillant sur des variations de vert, jaune, rose, pastels. Heureusement, nous n’avions pas notre appareil photo sous la main (en réparation à La Paz), sans quoi nous n’aurions pas avancé plus de quelques mètres par jours.
On se rend alors compte qu’en ayant déjà vu autant de paysages merveilleux dans cette vie, on avait encore une grande lacune sur cette planète, cet Altiplano bolivien.

 

Le Sud Lipez, bienvenue sur Mars.

image

Campos de quinoa.
Champs de quinoa.
Planta da Quinoa.
Plante de Quinoa.
Necrópole Aymara em San Juan del Rosário.
Necropole Aymara a San Juan de Rosário.
Coucou…
Zorro colorado.
Renard coloré.

IMG_7291_jpg

Geisers.
Geisers.

image

IMG_7305_jpg

image
Une des pierres (ou concressions) les plus photographiées du monde: el Árbol de Piedra.

image

image

image

image

image

Cemitério de comboios do Uyuni.
Cimetière de trains d’Uyuni.
"Nothing is impossible."
« Nothing is impossible. »
Hostel de sal.
Hotel de sel.

 

Il est déjà temps de retourner à La Paz, d’où nous repartons rapidement en direction de la chaleur des Yungas, la pre-Amazonie, étage intermédiaire constitué de ces versants descendant de l’Altiplano en direction de la jungle tropicale. L’intense contraste est hallucinant: la chaleur remplace le froid, l’humidité et la végétation luxuriante typique des zones tropicales soulagent la sécheresse extrême de l’Altiplano, l’incroyable diversité de choses qui piquent et laissent des démangeaisons horribles est troquée à la quasi inexistance d’être vivant, le caractère naturellement aseptisé de l’Altiplano est substitué par une combinaison explosive de peu d’hygiène et de profusion de bactéries et parasites qui clouent Mariana au lit quelques jours avec fièvre et surtout coliques démoniaques, pour la première fois du voyage.

 

Les Yungas

Selva.
Terrain de foot et jungle.

image

image

image

Folhas de Coca a secar.
Feuilles de Coca qui sèchent.
Grãos de café.
Grains de café.

 

 

Pendant que Mariana se battait à coup de crampes intestinales inhumaines contre d’hypothétiques micro-parasites cueillis dans les yungas, nous avons profité de la fenêtre météo tant attendue pour faire une présentation de la Cordillera Real aux parents Blein. Nous avons prévu in extremis un trek de trois jours (le vol retour des parents Blein étant le quatrième jour) inspiré de quelques idées de l’ami Radek. Deux jours d’approche depuis le pied du Huayna Potosi jusqu’à la laguna Chiar Kota (camp de base du Condoriri et du Pequeño Alpamayo) en passant par de magnifiques cols d’altitude puis ascension du modeste mais splendide Pico Austria permettant de s’imprégner de l’ambiance unique d’un sommet dans la Cordillera Real. Entre les lamas et alpagas, la progression fût douce en surplombant toujours l’Altiplano et le Titicaca, et en étant surplombés par l’impressionnante face ouest du Huayna Potosi, la singulière Aguja Negra et d’autres pics sans nom peut être jamais gravis par l’homme. Notre dernier jour fût ce genre de journée absolument parfaite, avec une météo finalement digne de l’hiver bolivien (froid et sec permettant un visibilité extraordinaire), personne sur notre route, des parents Blein bien acclimatés et en parfaite forme et un petit festin au sommet! Ces trois jours clôtureront avec émotion ce « temps de famille » version française, à l’image de la version portugaise quelques mois auparavant.

Cordillera Real

image
Le Huayna Postosi.

image

image

image
Au pied de la face ouest du Huayna Potosi.

image

image
Atelier de purification de l’eau.
image
Au-dessus de la Laguna Tuni.
image
Laguna Chiar Kota, Pico Austria, Condoriri et Pequeno Alpamayo.
image
Shuuut… « Ne te retourne sssurtout pas »…
image
En montant au Pico Austria sur fond de Condoriri.
image
Arrête somital du Pico Austria et le Titicaca a l’horizon.

 

 

Condoriri.
La tête du Condoriri.

 

No cume do Pico Austria.
Au Pico Austria, le jesus se fait apprecier!

image

 

 

Portraits de lamas et alpagas

image
Les gardiens du Condoriri.

 

image
« Peut etre que si je saute loin, je ne me mouille pas les pattes… »
image
Le stoique.

Série: Retratos de Lamas e Alpacas

image
Le gardien du Sajama.

image

image
Le Rasta… ou Chubaca.
image
Le coquet.
image
Le divain.
image
Le mignon.
image
La star.

 

Isa y Radek

One Response

  1. Super ! Quels beaux moments nous venons de revivre en découvrant ces photos !

Laissez un commentaire