Serendipity: (n.) a talent for making fortunate discoveries while searching for other things.

Serendipité, donc. La capacité de s’apercevoir  des choses que nous croisons pendant que nous cherchons des choses probablement différentes. Le cyclotourisme (voyage en vélo) est certainement un des moyens les plus adaptés à l’interprétation de cette définition lorsque l’on parle de voyage. Voyager sans temps défini, en mobilité douce, un privilège rare duquel nous pensons profiter au maximum pour suivre les chemins qui s’offriront à nous, avec le temps nécessaire pour connaître ceux et ce que nous croiserons.

Nous avons choisi l’Amérique du Sud car c’est un continent magnifique, avec une enviable côte bordée d’une chaîne de montagnes digne de ce nom. Une surfeuse et un parapentiste, ce choix à du sens… De plus, nous parlons tous les deux espagnol, nous sommes petits, un peu mates, avec un peu de chance nous arriverons à nous mélanger aves les gens de là-bas, et apprendre un peu avec eux…

Nous commencerons donc à Ushuaia,  le Sud le plus au Sud de l’Amérique du Sud, au sein de la dénommée Tierra del Fuego. Cette pointe du continent américain se prolonge vers l’est, dans un des vierges joyaux naturels où la présence humaine est anectotique : la Península Mitre. La pointe de la fin du monde. Cette péninsule, sauvage et magnifique, nous a fait de l’oeil pour accomplir un départ depuis le bout du monde en bonne et due forme. Nous nous y rendrons à pied depuis le dernier endroit habité puisque d’évidence, sans chemin, notre monture à deux roues se transformera en fardeau.

Ensuite  nous reprendrons la route vers Puerto Natales, puis il y aura les grands parcs patagoniens avec la famille, du bateau dans les fjords chiliens, un village appelé Caleta Tortel pour prendre pied sur la Carrêtera Austral. Et après, après nous verrons. La serendipité finira par décider.

Note: objectif provisoire, Chicama, Peru, la plus longue vague gauche du Monde.

Passages estimés potentiellement magnifiques

mapa